Immo42
Publié le - 168 vues -

Les financements possibles lors de l'acquisition d'un bien immobilier

Les Français aiment leur maison dont ils souhaitent presque tous être propriétaires. Ils ont raison. Les placements en immobilier en France ont rarement (sauf cas particulier) déçu les investisseurs. Même dans les villes les plus chères de France la demande reste forte et les prix à la hausse. Acquérir un bien immobilier, quel que soit son objectif répond le plus souvent à vos espérances financières. Ses objectifs sont divers : pour les primo accédant se constituer un capital et vivre chez soi en cas de coup dur. Un peu plus tard acquérir un bien immobilier répond souvent au besoin de défiscalisation tout en finançant son bien avec des loyers garantis (bail commercial) ou en louant soi-même.

Le montage financier

La solution la plus simple est celle de l'apport global de la somme à investir. Solution rare pour les jeunes étudiants qui arrivent sur le marché du travail et n'ont pas une telle somme. Les solutions alternatives, mais les plus fréquentes sont les prêts bancaires. Mais là aussi attention au montage de l'opération. Des prêts existent sous différentes formes et leur souplesse est tout à fait incroyable. Les prêts les plus fréquents sont :

· Le prêt immobilier amortissable (vous remboursez les intérêts et le capital) sur 20 ans par exemple. C'est le montage le plus fréquent. Il est adossé à une assurance emprunteur qui couvre le décès, l'invalidité, la perte d'emploi (optionnel). Pour certaines opérations de défiscalisation, les montants couvrent le prix du bien et les frais de notaire. Cependant les organismes bancaires accordent de meilleures conditions si un apport important existe.

· Les prêts immobiliers existent à taux fixes ou à taux variables. Le coût des premiers sera constant sur la durée du prêt. Pour le second la durée du prêt évoluera à la baisse ou à la hausse en fonction de l'évolution des taux. La mensualité reste constante.

· Prêt à Taux Zéro en 2018 : C'est un financement de l'état vendu par les institutions bancaires. Il est réservé aux primo accédant sous conditions de ressource. C'est un prêt soumis à des conditions de localisation géographique du bien et des montants maximums : 40 % de l'opération avec un plafond à 40 000 euros dans le neuf. Pour l'ancien (voir les villes éligibles), le montant des travaux doit représenter au moins 25 % du montant de l'opération.

· Les prêts in fine : ce type de prêt qui a tendance à être réservé à des dossiers solides finance le plus souvent des investissements locatifs : le principe est de rembourser les intérêts du prêt pendant sa durée et le capital en fin de contrat. La banque demande d'adosser au contrat des placements en assurance vie pour se garantir du remboursement final. Le contrat est abondé ou pas suivant son montant initial.

Les clauses du contrat

Lorsque vous comparerez les offres des banques, soyez vigilant sur les montants des frais de dossier, sur le coût global des intérêts et pas seulement du pourcentage proposé, des frais de remboursement anticipés, du prix de l'assurance sur la durée globale de l'opération. Assurance qui peut être renégociée tous les ans avec d'autres compagnies que celle qui vous couvre.

Soumettez un avis sur notre rédaction si vous voulez réagir !

Les publications similaires de "Conseils investissement immobilier"

  1. 6 Sept. 2018Des conseils de qualité avec Le Mas Toulousain124 vues
  2. 27 Avril 2018Offrez vous un cadre de vie confortable183 vues